Le système de sécurité incendie (SSI)



Les termes et définition : ce qu’il faut savoir !

Le système de sécurité, dans sa version complète est composé de deux sous systèmes principaux :

→ Un système de détection incendie (S.D.I)

→ Un système de mise en sécurité incendie (S.M.S.I)

On notera que la mise en sécurité peut comporter les fonctions suivantes :

→ Compartimentage

→ Désenfumage

→ Évacuation

→ Mise à l’arrêt de certaines installations techniques

→ Extinction automatique

La gestion autonomes

Le SSI possède une gestion autonome par rapport aux installations ne concourant pas à la mise en sécurité d’un bâtiment. Il est totalement indépendant des autres systèmes ou installations techniques du bâtiment. Le but étant d’éviter qu’une simple défaillance d’un équipement courant n’ait une incidence sur le SSI. Seule la recopie d’informations vers un autre système est autorisée.

La dissociation des fonctions de détection et de mise en sécurité

Les fonctions « détection » et « mise en sécurité » de telle sorte que la défaillance d’un sous-système n’entraîne pas la défaillance de l’autre.

Principe de base des SSI, la fiabilité

Les sous-ensemble d’un SSI doivent pouvoir assurer leurs fonctions à tout moment. Pour satisfaire à cette exigence de fiabilité, ils doivent être conforme aux normes, installés suivants les règles précises et régulièrement entretenues. La comptabilité fonctionnelle entre les différents éléments doit être assurée.

L’indépendance d’énergie

Les canalisations d’énergies électriques de fonctionnement du SSI doivent être indépendantes de celle des autres énergies électriques. Le système de sécurité incendie doit être à l’abri d’une coupure intempestive, toujours possible avec les réseaux de distribution classiques. En outre, hormis certains cas particuliers, les liaisons doivent faire l’objet de surveillance.

Le zonage :

Les établissement généralement découpés, au titre de la sécurité incendie en plusieurs volume correspondant chacun, selon le cas, à un local, un niveau, un compartiment, un canton, une cage d’escalier… Les zones ainsi définies correspondent à un ou plusieurs de ces volumes ou à l’ensemble d’un bâtiment.

La zone de détection :

Elle désigne soit une zone surveillée par un ensemble de détecteurs incendie, soit une zone surveillée par un ensemble de déclencheurs manuels, auxquels correspond dans chaque cas, une signalisation commune.

La zone de mise en sécurité

C’est une zone susceptible d’être mise en sécurité par le système de mise en sécurité incendie.

ZC : zone géographique où la fonction compartimentage est réalisée

ZF : zone géographique dans laquelle la fonction désenfumage est réalisée.

La zone de diffusion d’alarme

La zone de diffusion d’alarme est une zone géographique dans laquelle le signal d’alarme générale est audible pour donner l’ordre d’évacuation. Une zone de diffusion d’alarme peut comporter un ou plusieurs diffuseurs sonores. Elle constitue une zone de mise en sécurité. Lorsqu’il est prévu un déverrouillage automatique des issues de secours, celle-ci doit s’effectuer par ZA dans le cadre de la fonction d’évacuation du SMSI.

Il ne faut pas oublier que le principe de l’emboîtement des zones, tel que défini par la norme NF S 61-932 qui prévoit qu’une zone de diffusion d’alarme doit englober une ou plusieurs zones de mise en sécurité. Chaque zone de mise en sécurité devant englober une ou plusieurs zones de détection.

Le principe d’emboîtement se traduit par :

→ Une zone de diffusion d’alarme doit englober une ou plusieurs zones de compartimentage. Chaque zone de compartimentage doit englober une ou plusieurs zones de désenfumage. Chaque zone de désenfumage doit englober une ou plusieurs zones de détection automatiques. → Une zone de diffusion d’alarme doit englober une ou plusieurs zones de détection manuelle.

Le système de détection incendie (S.D.I)

Il comprends automatiquement :

→ Les détecteurs automatiques d’incendie (D.A.I)

→ Les déclencheurs manuels (D.M)

→ L’équipement de contrôle et de signalisation (E.C.S)

→ L’alarme (AL)

→ L’équipement d’alimentation électrique

Les détecteurs automatiques d’incendie (D.A.I)

Appareils conçus de façon à fonctionner lorsqu’ils sont influencés par certains phénomènes précédent ou accompagnant un début d’incendie. A chaque phénomènes de l’incendie correspond un détecteur :

Les détecteurs ioniques

C’est le dégagement de gaz de combustion et de corpuscules légers qui agissent sur ces détecteurs grâce aux deux chambres d’ionisation (une chambre d’analyse et une chambre de référence)

Les détecteurs optiques de fumées

Ce sont les fumées qui pénètrent dans le détecteur et qui sont analysées par une cellule photo électrique (rayon lumineux)

Il existe aussi des détecteurs linaires composés d’un élément émetteur et d’un récepteur qui se déclenchent lorsque le faisceau est coupé. Ils sont employés pour la surveillance de grands locaux.

Les détecteurs optiques de flammes

Le principe de fonctionnement de ces détecteurs est basé sur le fait que les flammes émettent certaines radiations tels que les rayons infra-rouge. C’est une cellule photo sensible qui provoque le déclenchement de ces détecteurs.

Les détecteurs thermiques

Ces détecteurs comprennes les détecteurs thermostatiques. Ils se déclenchent par fusion d’un métal ou par dilatation d’un bilame.

Les déclencheurs manuels (D.M)

Appareil qui, à partir d’une action manuelle, émet une information à destination de l’E.C.S du S.D.I ou à un B.A.A.S

Il doit être constitué d’un coffret de couleur rouge muni d’une vitre ou d’un élément déformable. Une inscription doit être portée en lettres noires sur fond blanc soit directement sur la vitre, soit sur la partie interne. Les déclencheurs manuels doivent être disposés sur les circulation à chaque niveau, près des escaliers et au rez de chaussée près des sorties. Ils doivent :

→ Être placé à 1,30m du sol, 150cm du sol

→ Être non dissimulés par ventail de porte

→ Ne pas faire une saillie supérieure à 0,10m.

L’équipement de contrôle et de signalisation (E.C.S)

C’est un pavé numérique permettant de localiser précisément le lieu de l’intervention grâce à une adresse correspondant à un détecteurs automatique ou à un déclencheur manuel.


L’équipement d’alimentation électrique


Source principale d’alimentation : E.D.F (source normal utilisé par l’usager)


Source secondaire : A.E.S (Alimentation électrique de sécurité)

Source électrique (batteries) à mise en service automatique et immédiate en cas de défaillance de la précédente

5 min : temps obligatoire à la diffusion de l’alarme générale d’évacuation

Source auxiliaire d’avertissement : 1h00

Source électrique indépendante des 2 autres, placée dans l’écran de contrôle et servant à signaler que les autres sources électriques ne fonctionnent plus.

Le système de mise en sécurité incendie (S.M.S.I)


Système constitué de l’ensemble des équipements qui assurent, à partir d’informations ou d’ordres reçus, les fonctions nécessaires à la mise en sécurité d’un bâtiment ou d’un établissement en cas d’incendie. Il comprend :

Un centralisateur de mise en sécurité incendie (C.M.S.I)

C’est un ensemble de dispositifs qui, à partir d’infirmations ou d’ordre de commande manuelle, émet des ordres électriques de commande à destination des matériels assurant les fonctions nécessaires à la mise en sécurité de l’établissement ou du bâtiment.

→ Une unité de commande manuelle centralisée (U.C.M.C)

Une unité de signalisation (U.S)

Dispositif qui assure la signalisation des informations nécessaires pour la conduite du S.M.SI et fait partie intégrante d’un C.M.S.I ou d’un D.C.S

Une unité de gestion des alarmes (U.G.A)

Sous ensemble de l’équipement d’alarme, faisant partie intégrante du C.M.S.I ayant pour mission de collecter les informations en provenance des D.M ou du S.D.I, de les gérer et de déclencher le processus d’alarme.

Le matériel central du C.M.S.I du type A comporte une U.G.A 1. Le matériel central de type B comporte une U.G.A 2.

Dans le cas ou la mise en sécurité d’un bâtiment nécessite un S.S.I de catégorie A dont le S.M.S.I est limité à la seule fonction d’évacuation, le matériel central est constitué uniquement de l’U.G.A 1 complété éventuellement par une U.G.C.I.S

Un équipement d’alarme (E.A)

Ensemble des appareils nécessaire au déclenchement et à l’émission des signaux sonores d’évacuation générale d’urgence

Ils sont classés en 4 types : Type 1/ type 2 (a et b)/ type 3 et type 4

→ Des blocs autonomes d’alarme sonore (B.A.A.S)

Des unités de gestion centralisées des issues de secours (U.G.C.I.S)

Dispositif d’un C.M.S.I ayant pour fonction de collecter les informations en provenance des dispositifs de demande d’ouverture des issues de secours, de les gérer et d’émettre l’ordre de

déverrouillage.

Cas particulier de l’U.G.C.I.S :

Un dispositif de contrôle des issues de secours admet une temporisation sur le déverrouillage des portes quand une personne fait une demande d’ouverture au moyen de la commande manuelle placée à proximité immédiate de celle-ci.

La durée de temporisation est de :

T1 : égale à 8 secondes (temps de repérage et de prolongation)

T2 : égale à 3 minutes (temps de prolongation pour aller constater la demande

Des diffuseurs sonores (D.S)

Dispositif commandé, qui par changement d’état, participe directement et localement à la mise en sécurité d’un bâtiment ou d’un établissement dans le cadre du S.M.S.I

Des dispositifs adaptateurs de commande (D.A.C)

Dispositif qui reçoit un ordre de commande de sécurité sur une entrée de télécommande et qui se borne à le transmettre aux D.A.S télécommandés sous une forme adaptée à leurs caractéristiques d’entrée.

Des dispositifs adaptateurs de sécurité (D.A.S)

Dispositif commandé qui par changement d’état, participe directement et localement à la mise en sécurité d’un bâtiment ou d’un établissement dans le cadre du S.M.S.I

→ Des matériels déportés (M.D)

Des détecteurs autonomes déclencheurs (D.A.D)

Appareil à fonction unique consistant à détecter localement, à partir d’un ou de deux éléments sensibles identiques, des phénomènes relevant de l’incendie et à assurer la commande d’un, deux ou trois D.A.S assurant localement la même fonction.

Dispositifs de commande terminale (D.C.T)

Dispositif commandé qui par son action, participe directement à la mise en sécurité d’un bâtiment ou d’un établissement dans le cadre du S.M.S.I

Dispositifs de commande manuelle (D.C.M)

Appareil qui émet un ordre de commande de mise en sécurité à destination d’un ou plusieurs D.A.S de la même fonction, à partir d’une action manuelle appliquée à son organe de sécurité à manipuler.

Dispositifs de commande manuelle regroupée (D.C.M.R)

Appareil équivalent à la juxtaposition de plusieurs D.C.M dans un même boîtier et regroupant toutes les commandes des D.A.S du S.M.S.I qui restent actionnables individuellement.

Dispositifs de commande avec signalisation (D.C.S)

D.C.M.R équipé d’une unité de signalisation et présentant une entrée de commande exclusivement réservée au déclenchement d’un ou de plusieurs D.A.S du S.M.S.I par l’équipement d’alarme.

→ Ligne de contrôle (L.C)

→ Ligne de télécommande (L.T)

Type 1 (E.A 1)

Doit être associé à un S.D.I comprenant des D.M et des D.A.I qui comprend :

Une unité de gestion des alarmes 1 (U.G.A 1)

Des D.S non autonomes ou des B.A.A.S de type Sa (satellites)



Type 2a ou 2b (E.A 2)

Type 2a, il comprend :

Des D.M

Une U.G.A 2

Des D.S non autonomes ou de B.A.A.S de type Sa (satellite)



Type 2b, il comprend

Des D.M

Des D.S autonomes ou des B.A.A.S de type Pr (principal)



Type 3 (E.A 3) qui comprend :

Des D.M

Des B.A.A.S de type Ma (manuel)

Un dispositif de commande de mise à l’arrêt


De type 4 (E.A 4)

Tout autre dispositif de diffusion sonore (cloche, sifflet, trompe, etc.). Ils peuvent être manuels, principaux, satellites.

Les différentes zones

Zone de détection (Z.D)

Zone surveillée par un ensemble de détecteurs d’incendie et/ou de déclencheurs manuels auxquels correspond une signalisation commune dans l’équipement de commande et de signalisation du S.D.I

Zone de mise en sécurité (Z.S)

Zone susceptible d’être mise en sécurité par le S.M.S.I

Zone de diffusion d’alarme (Z.A)

Zone géographique dans laquelle le signal de l’alarme générale est audible pour donner l’ordre d’évacuation. Une zone de diffusion d’alarme peut comporter un ou plusieurs D.S

Lorsqu’il est prévu un déverrouillage automatique des issues de secours, celui-ci doit s’effectuer par Z.A dans le cadre de la fonction évacuation du S.M.S.I

Zone de désenfumage (Z.F) :

Zone géographique dans laquelle la fonction de désenfumage est assuré. Une Z.F constitue une zone de mise en sécurité.

Zone de compartimentage (Z.C) :

Zone géographique dans laquelle la fonction de compartimentage est assuré. Une Z.C constitue une zone de mise en sécurité.

LES ALARMES

→ Signal sonore ayant pour but de prévenir les occupants d’avoir à évacuer les lieux. Sa diffusion doit durer au minimum 5 minutes, et doit être audible dans tous le bâtiment.

Alarme générale sélective :

→ Alarme générale limitée à l’information de certaines catégories de personnels. Elle comprend l’émission d’un signal sonore et éventuellement d’un signal visuel approprié aux conditions d’exploitation

Alarme restreinte :

→ Signal sonore et visuel, distinct du signal d’alarme générale ayant pour but d’avertir le personnel désigné pour exploité cette alarme pendant la temporisation de l’alarme générale.

L’alerte ERP :

→ Action de demander d’intervention d’un service public de secours et de lutte contre l’incendie du post central de sécurité vers l’extérieur.

Le post central de sécurité doit être équipé d’un téléphone urbain.

L’alerte extérieure IGH :

→ Dans certaines classe d’IGH, il peut être exigé une ligne directe (T.A.S.A.L)

L’alerte intérieure IGH :

→ Demande de secours d’un point de l’IGH vers le poste de secours

→ Des dispositifs phoniques doivent être installés à tous les niveaux, dans les circulations horizontales communes, de couleur rouge et protégés contre les manœuvres accidentelles.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square